Un projet qui fait sens

Fort d’une expérience constructive autour d’un atelier d’arts plastiques réalisé avec des personnes détenues, et suite à nos échanges avec le SPIP 71 concernant le dispositif Culture, citoyenneté, Vivre ensemble,  nous vous proposons un projet culturel structuré autour de trois axes :

-       Des ateliers d’éducation à l’image via des ateliers d’arts plastiques

-       Des ateliers d’écriture, assortis de séances de ciné-débats,

-       La réalisation d’une vidéo retraçant cette aventure humaine et artistique.

Ce projet s’inscrit dans la continuité des ateliers d’arts plastiques mis en place au Centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand en 2015. Il s’agit d’une part, d’aller plus loin au niveau des contenus et de la réflexion que nous pouvons engager avec la population carcérale. D’autre part, nous souhaitons élargir notre champ d’action et l’étayer par d’autres pratiques culturelles et différents modes d’intervention ou d’expression.

Par ailleurs, suite à nos échanges avec l’équipe du SPIP et sa direction, nous envisageons mettre en place un atelier d’arts plastiques pour le milieu ouvert. Cet atelier ferait écho à l’atelier d’écriture qui se déroulera de la mi-septembre à la mi-décembre.

Ainsi, la majeure partie de ce projet (ateliers d’arts plastiques, ateliers d’écriture et réalisation d’un film) concernerait d’une part les détenus du Centre pénitentiaire (d’avril à décembre) et d’autre part, les publics du milieu ouvert (de septembre à décembre).

1.    Education à l’image via la mise en place d’ateliers d’arts plastiques avec Patrice Mortier.

Peintre de l’urbain, Patrice Mortier travaille depuis de nombreuses années sur le thème de la  ville, son urbanisme et ses non-lieux, ses habitants, mais aussi leurs errances et parfois leurs égarements. Toujours à l’affût des faits sociaux ou culturels, ses œuvres s’inspirent du flot d’images véhiculées par les médias, la publicité, mais aussi l’actualité artistique ; l’artiste cherche alors toujours à explorer de diverses manières, la dimension visuelle et critique des images pour mieux nous interroger, à travers ces peintures, sur ce qu’elles révèlent vraiment.

Cette année, l’artiste souhaite associer plus étroitement les participants à son processus créatif : A partir d’images soigneusement sélectionnées, il s’agit d’amener chacun à se questionner sur les faits évoqués, leur mode de représentation, les messages directs et indirects qui en émanent, mais aussi les différentes interprétations que l’on peut en faire.  .

Publics cibles :

-       en milieu fermé : les personnes détenues (pré-sélection par le SPIP et l’Ets pénitentiaire)

-       en milieu ouvert : appel à participation volontaire (atelier sur chalon)

 

Déroulement des ateliers :

Sur proposition de l’artiste et après discussion, des images seront sélectionnées par les participants ; elles constitueront une base pour la réalisation de peintures qui seront exploitées selon différentes techniques. Les thématiques abordées pourront faire écho à celles des ateliers d’écriture et des ciné-débats.

A Varennes, les ateliers prendront la forme de résidences artistiques de deux semaines pendant les vacances scolaires (deux semaines en avril 2016, puis en  juillet et en octobre, soit, six semaines réparties par quinzaine.

En milieu ouvert, les ateliers seront hebdomadaires, de septembre à décembre (hors vacances scolaires).

Exposition de l’ensemble des travaux en fin de résidence.

Objectifs :

-          Susciter des échanges et discussions autour de faits de société et de thématiques fréquemment véhiculées par les médias (notamment sur les questions de tolérance, de laïcité, de citoyenneté, de vivre ensemble…)

-          Sensibiliser les détenus, via une pratique artistique, à l’analyse d’images,

-          Les amener à porter un regard critique sur les images, à s’interroger sur le sens qu’elles véhiculent et les interprétations qui peuvent en être faites.

 

-          Favoriser l’expression par la réalisation d’œuvres picturales personnelles et collectives.